• Accueil
  • Recherches et interprétations
  • La fouille demain, pourquoi ?

Cartes de résistivité apparente. Prospection L. Aubry, © Terra Nova, 1999.

Plan du site d'Entremont.

À l'issue de la publication des fouilles de 1946 à 1999, de nouvelles opérations de terrain seront envisagées. Les données issues d'un demi-siècle d'investigations ne seraient-elles suffisantes pour comprendre l'essentiel des étapes de la structuration de cet habitat et de ses composantes socio-culturelles ? Deux exemples suffiront pour souligner quelques grandes interrogations scientifiques aujourd'hui en suspens : Seulement 15 % de la superficie du site ont été explorés.

La documentation réunie pour la "ville haute" reste insuffisante. Des recherches complémentaires devront être engagées sur ce secteur afin de répondre également à terme aux exigences d'un projet de mise en valeur privilégiant une présentation in situ d'un ensemble cohérent des vestiges mis au jour et restaurés. On ignore à ce jour la nature et les formes de l'occupation des autres secteurs du plateau, en particulier l'existence possible de vastes espaces ouverts jouant le rôle de places ou encore d'une spécialisation sociologique par quartiers. L'hypothèse formulée du caractère ramassé et concentré de la presque totalité de l'habitat 2, reste donc à vérifier.

De très larges secteurs de la voie principale d'accès à l'habitat 2, sont vierges et recèlent très certainement des centaines de fragments de la statuaire brisée intentionnellement, de même que les vestiges éventuels des emplacements de leur présentation. La compréhension précise du rôle de cet espace ouvert en arrière de la porte et de ses possibles bâtiments limitrophes, comme de leur transformation durant la seconde moitié du IIe s., est essentielle pour tenter d'affiner la perception des articulations sociales de l'époque et leurs manifestations collectives. Il est certain qu'une nouvelle équipe pluridisciplinaire devra d'ici quelques années reformuler les termes d'une nouvelle programmation de fouille sur cet habitat majeur de la recherche protohistorique provençale, et développer des investigations sur de nouveaux secteurs du site.