• Accueil
  • La ville de Bosra
  • Parler et écrire
  • La langues et l’écriture des Nabatéens

Dédicaces d’objets cultuels

Bosra elle-même a livré cent soixante-quinze textes nabatéens, dont une douzaine sont des dédicaces d’objets cultuels, principalement des autels et des sanctuaires, ou des inscriptions fragmentaires contenant au moins le nom d’une divinité. Aucune d’entre elles n’ayant été retrouvée in situ, elles ne peuvent être utilisées pour localiser les sanctuaires. La quasi-totalité des autres textes sont des épitaphes composées seulement du nom du défunt ou de la défunte, suivi de celui de son père. Elles sont gravées sur des stèles en basalte d’environ 1 m de haut, au sommet généralement arrondi (pour les femmes) ou rectangulaire (pour les hommes). Deux ou trois épitaphes mentionnent la nefesh construite en l’honneur du défunt par ses proches. Contrairement à Pétra, où ce terme désigne un monument pyramidal strictement commémoratif, il s’agit probablement, dans le Hauran, soit de la tombe dans son ensemble, soit du monument aérien qui recouvrait la sépulture, comme en témoigne le caractère monumental des blocs sur lesquels sont gravés ces textes.

Trois textes nabatéens de Bosra seulement sont datés : un du règne d’Arétas IV, un de l’an onze de Malichos II, soit 50/51 apr. J.-C., et un de l’an 42 de l’Éparchie, soit 148 apr. J.-C. C’est très peu, et il est étonnant que le site n’ait encore livré aucun texte daté du roi Rabbel II qui est tenu pour responsable du développement de Bosra à l’époque nabatéenne.