Contrairement aux idées reçues, les ours des cavernes n’hibernaient pas réellement mais passaient les mois les plus rigoureux en état de semi-léthargie. Se couchant régulièrement aux mêmes endroits, de préférence sur des surfaces à l’abri des circulations d’eau et des courants d’air, ils finissaient par s’aménager de véritables « nids », appelés bauges. Environ 300 ont été repérées. D’un diamètre allant de 80 cm à près de 1,50 m, et généralement peu profondes (30 à 50 cm), de telles bauges sont visibles dès les premières salles et jusqu’au plus profond de la grotte.

Panoramique associé
Type de notice
Cartel
Coordonnées
ath="60.86" atv="9.64"

Contributeur(s)

  •  Bauge de la salle Hillaire

  •  Bauges de la galerie du Cierge