• Accueil
  • Le caillou Michaux
  • Le premier monument cunéiforme introduit en Europe

Nature du document : stèle de donation-kudurru.
Nom : « Caillou Michaux ».
Provenance : Mésopotamie, Irak.
Conservation : Cabinet des Médailles et des Antiquités, BNF, France.
N° d’inventaire : Chabouillet no. 702.
Dimensions : 46 cm x 20 cm et 22 kg.
Matière : pierre noire.
Découvreur : André Michaux.
Lieu de découverte : au sud de Bagdad, au bord du Tigre, à proximité des ruines de l’ancienne Ctésiphon, lieu-dit Taq Kasra, Iwan de Chosroês. (arche de Chosroês).
Écriture : cunéiforme.
Langue : akkadien, dialecte médio-babylonien.
Iconographie : 21 symboles divins.
Période : Dynastie babylonienne d’Isin II.
Règne : Marduk-nadin-ahhe, roi de Babylone (1099-1082).
Objet : donation d’une terre d’un père à sa fille.

Contexte et enjeux de la découverte

Le caillou Michaux est actuellement conservé au cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale de France à Paris. Il s'agit d'un contrat concernant la donation par un père à sa fille d'une terre agricole. Il est inscrit en écriture cunéiforme, sur une pierre noire, haute de 46 cm et large de 20 cm. Deux registres de motifs iconographiques occupent le sommet de la stèle. Sa forme ovoïde rappelle peu ou prou celle d’un caillou. Il a été baptisé « caillou Michaux », en référence au nom du botaniste qui l’a découvert lors d’une expédition scientifique en Mésopotamie en 1784 : André Michaux (1746-1802).

La nouvelle de la découverte du caillou fit le tour des sociétés savantes européennes ; il était en effet le premier monument  complet rédigé en écriture cunéiforme à être introduit en Europe, en dehors des briques inscrites ramenées par d'autres voyageurs, comme Pietro della Valle (1586-1652). Il contient sur sa face et son revers 95 lignes d’écriture rédigées en cunéiforme babylonien réparties sur quatre colonnes. Les colonnes sont surmontées de deux registres, contenant 21 symboles iconographiques qui représentent des animaux fantastiques, des attributs divins et des astres. En 1800, sur instruction du ministère de l’Intérieur, le cabinet des Antiquités et des Médailles acquiert le caillou Michaux.