Permanence de limites parcellaires depuis l'Antiquité

Permanence de limites parcellaires depuis l'Antiquité
9620
Ici à Pierrelatte (Drôme), malgré l'exhaussement du niveau des sols du fait des débordements d'un cours d'eau, la fouille met en évidence le maintien de l'axe parcellaire sous des formes diverses, par les creusements successifs de fossés jusqu'à la plantation de la haie actuelle.

© Jean-François Berger et Cécile Jung