• Accueil
  • La ville de Bosra
  • Édifices de spectacle
  • Le Cirque « Hippodrome »

Découverte et description

Le cirque, situé au sud de la ville et au sud du théâtre, est très visible sur les photographies aériennes. Il mesure un peu plus de 440 mètres de long et environ 130 mètres de large. Le bâtiment a été dégagé, mais il est très détruit. Seuls sont conservés les murs de soutènement des gradins, mais l’espace central permet de le voir dans son ensemble. On peut le traverser du nord vers le sud et ressortir par des baies situées au niveau de l’hémicycle. Le mur ouest, que l’on voit dans son ensemble en remontant vers le nord par la rue qui le longe, est conservé sur plusieurs assises et sur toute sa longueur, mais avec des restaurations récentes.

Bien qu’occupé par des jardins et des murets de pierre sèche jusqu’au milieu du XIXe siècle, le cirque avait été identifié par H. C. Butler et appelé hippodrome, suivant l’appellation grecque. Il n’a pas encore fait l’objet d’une étude architecturale et archéologique, mais on peut cependant indiquer ses caractères principaux. Il appartient à la série des cirques de tradition romaine occidentale plutôt qu’à celle des hippodromes ou stades grecs : orienté nord-sud, il est constitué de deux longs murs parallèles qui rejoignent au sud l’hémicycle qui referme l’espace et où sont conservés quelques vestiges des gradins ; l’arène était très vaste, plus de 420 m pour 97 m de large.

Vocation et datation

La vocation première de ces édifices est d’accueillir des courses de chars, comme l’indiquent les stalles sur la ligne de départ. La largeur de l’arène signifie que le cirque de Bosra était prévu pour accueillir un grand nombre de chars. Nous n’avons cependant jusqu’à présent pas de témoignage à Bosra de l’existence d’équipes de cochers professionnels (factiones) à la mode occidentale, qui ne se sont vraiment développées en Orient qu’à l’époque byzantine. Par ailleurs, il est probable que les cirques d’Orient accueillaient également des jeux athlétiques, normalement dévolus aux stades, et d’autres types de concours équestres. Il existe d’ailleurs une certaine confusion des termes architecturaux dans les inscriptions mentionnant des jeux.

Quand le cirque de Bosra fut-il construit ? Certainement après la création de la Province d’Arabie, donc à partir du IIe siècle. Les historiens proposent volontiers d’associer la construction du cirque au règne de Philippe l’Arabe (244-249) qui créa à Bosra des Dousaria Actia, des jeux athlétiques à la mode grecque. Cette hypothèse ne pourra être confirmée que par une étude archéologique de l’édifice, il est néanmoins possible de constater que son extrémité nord recouvre des tombes plus anciennes. Il est problable qu’il ait pu fonctionner jusqu’au début de la période arabo-musulmane. De même que l’amphithéâtre, ses matériaux ont fait l’objet d’une puissante récupération à l’époque ayyoubide afin de participer à la construction de la citadelle tout en dégageant ses abords.